L’univers de la cellule

Fond FractalysChaque cellule est constituée d’environ mille milliards d’atomes, eux-mêmes constitués de noyaux positifs et d’électrons négatifs gravitant autour.
Le corps humain est formé d’environ 3.10^28 particules qui ne sont pas matérielles, mais sont des densifications de champs, des interactions totalement interdépendantes dans tout l’univers, évoluant dans un espace 1024 fois plus grand que le volume représenté par la matière elle-même et dont les rayonnements s’immiscent partout.
Le champ H intracellulaire est donc susceptible de subir une variation qui, même minime, aura un retentissement du fait de la loi magnétobiologique d’induction vitale.
Il en résulte qu’une variation aura des propriétés électromagnétiques ; la formule étan par ailleurs réversible.

La cellule se comporte de manière analogue à celle d’un cristal piézo-électrique. (Les phénomènes de piézo- électricité traduisent des vibrations mécaniques en phénomènes électriques). Via le centriole qui se comporte comme un quartz piézo-électrique.

Dans la cellule il existe deux sortes d’énergie : l’une cinétique, l’autre d’origine électromagnétique.
Cette énergie cinétique est responsable de la stabilité des organismes vivants, stabilité dynamique d’un vortex qui entraîne un flot continu de molécules.
Contenu dans toute la série des cellules animales, le centriole est en rapport avec les microtubules qui parcourent toute la cellule.
A partir de la zone péricentriolaire, il intervient dans la forme et les mouvements de la cellule.
La cellule oscille autour de ce centre d’inertie agissant comme un gyroscope.
Susceptible de modifications, de déformations avec pénétration de granules dans la zone périphérique, le centriole peut déformer le noyau.
Cet organite est donc capable, outre sa fonction de gyroscope assurant ainsi à la cellule un contrôle spatio- temporel, de se comporter comme un support vibratoire pouvant recevoir ou transmettre des informations sous forme d’ondes, telles d’ailleurs que les ondes électromagnétiques.
Ce centriole est le lieu physique par lequel les rythmes circadiens entrent dans la cellule. (Rythmes qui définissent le « Moi »)

C’est ainsi donc que la cellule, dans ses actions internes comme externes, dépend non seulement de son champ intranucléaire, mais encore des champs fondamentaux de l’univers physique (gravitation, champ magnétique) susceptibles d’agir sur le centriole qui lui- même, par les déformations du noyau qu’il peut provoquer, fera varier la forme de ce noyau avec toutes les conséquences que cela peut entraîner, en particulier sur le métabolisme cellulaire, par des modifications du signal transporté par les microtubules.
Le schéma des tourbillons autour du centriole rappelle celui de la gravitation de l’électron autour du noyau et sur lui-même (spin).
Dans l’ADN contenu dans le noyau se retrouve le mouvement en spirale de la Terre entraînée par le Soleil.

Vous savez 2

, , , ,

About Stéphane BERNARD

Directeur Scientifique - Philanthrope et Magicien à Fractalys
Comments are closed.