Nouvelles frontières de la Science

XXIème siècle : nouvelles frontières de la Science

La physique a dématérialisé la matière et démontré que cette dernière procède de l’immatériel.
Elle est en réalité de la lumière condensée, de l’énergie en perpétuelle interaction.
Nous, êtres vivants, sommes fait de ce même « tissu de lumière », et donc à l’origine de nos corps se trouvent les champs : champs intracellulaires, vibrations reçues et réémises après transformation.

Notre univers est issu de la lumière, cette dernière étant constituée d’ondes électromagnétiques.
Ce champ immatériel, intemporel, acausal et spinoriel, constitue le réservoir d’énergie qui, par différenciation (interaction de champs), donnera tout ce qui existe.

Or nous puisons dans ce réservoir énergétique à la mesure de notre contenant dont la taille dépend de notre psychisme.

La Conscience-énergie est partout dans l’Univers. Nous la captons dans nos cellules, puis la transformons selon ce que nous sommes, et la ré-émettons après lui avoir fait subir une dégradation.

Le champ cellulaire en lui-même est constitué de 3 champs :
– Un champ magnétique
– Un champ électromagnétique
– Un champ psychologique.
Il dépend donc d’une part de notre psychisme, d’autre part de l’univers physique et des rythmes qu’il nous impose.

Plus simplement, cela signifie que nous sommes à l’écoute de l’univers et agissons sur lui de façon incessante.

Nous sommes des systèmes vibratoires (récepteurs-émetteurs), soumis pour notre « état-d’être » aux énergies vibratoires intérieures et extérieures.

Les mathématiques nous ont permis d’aborder ces différentes approches d’une façon rigoureuse et scientifique.

Les calculs ont démontré que le matériel procède de l’immatériel et que la réalité n’est que le résultat d’interactions de champs (dont les champs psychologiques).

Mathématiquement, notre « Je » est la résultante de nos pensées passées, nous devenons ce que nous pensons …

Au niveau des matrices mentales, la répétition des formes-pensées du passé entraîne l’homme dans une chaîne sans fin de répétition des mêmes concepts avec une usure inévitable (entropie) qui conduit à la sclérose et au réductionnisme par multiplication du savoir.
Notre présent correspond, mathématiquement, à un passé permanent, qui sera vécu, revécu en boucle jusqu’à être “déprogrammé” (au niveau cellulaire).

La seule liberté de l’être humain se trouve donc au niveau de son comportement psychologique présent, liberté de concept et de croyances, en d’autres termes au sens qu’il va donner aux évènements, son « point de vu ».

Cette liberté, face à ce qu’il veut croire, conditionnera toute sa vie future. Seule la modification de ses croyances, la reprogrammation de son mental lui permettra de « déprogrammer » son ADN et d’évoluer …

La Science actuelle est capable d’induire cette évolution, permettant le saut quantique révélant l’hyper-rationnel ultra-humain.

Vous savez 2

, ,

About Stéphane BERNARD

Directeur Scientifique - Philanthrope et Magicien à Fractalys
Comments are closed.